Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 août 2014 4 14 /08 /août /2014 12:36

Des Frères en France ont demandé à une R.L. du G.O.D.F. , La Loge Etoile d'Israël à l'O. de Tel Aviv de s'exprimer sur la situation de guerre qui se déroule à Gaza et en Israël

Sur le site de la Loge l’Etoile d’Israël, il y a d'abord ce texte en caractères gras puis cette analyse de la situation.

Je la livre à votre sacacité.

Les thèmes qui nous animent sont habituellement la franc-maçonnerie, la laïcité, la fraternité et ce qui peut faire avancer vers la paix. Toute mort d’innocent quelle qu’elle soit nous révolte, y compris à Gaza, en Syrie où ailleurs. Mais en ce moment, ici c’est la guerre. Les roquettes pleuvent sur tout Israël. Les frères de l’Étoile d’Israël ne sont pas plus préservés que les autres citoyens de ce pays, qu’ils soient juifs, chrétiens, arabes, druzes ou laïques. Heureusement pour nous les mesures de protection sont pour le moment efficaces quoique contraignantes. En Israël dit-on les missiles servent à protéger les populations civiles tandis qu’à Gaza ce sont les populations civiles qui servent à protéger les missiles. Nous souhaitons ardemment un cesser le feu qui permettra d’arriver à une solution durable. En attendant nous privilégions les informations qui concernent Israël et Gaza.

L’analyse de nos frères de Tel Aviv, demandée par quelques frères français qui nous l’ont transmise avec l’autorisation de la Loge L’Étoile d’Israël, est titrée « TSUK EYTAN ». C’est le nom hébreu de l’opération Bordures Protectricesactuellement conduite par Israël.

__________________________

« Nous vous remercions de votre demande fraternelle d’analyse sur ce qui se passe dans notre région et ses débordements antisémites sur le territoire de la République Française.

Contrairement à l’apparence il ne s’agit pas d’un n-ième affrontement entre Israéliens et Palestiniens. Israël n’est pas en guerre contre les Palestiniens, et n’a aucune revendication sur Gaza. Ce dont il s’agit c’est d’une guerre d’un type nouveau menée contre l’Etat démocratique d’Israël par l’organisation djihadiste et terroriste du Hamas.

Après un rappel des faits, nous dresserons la carte d’identité du Hamas, son idéologie, ses objectifs et sa stratégie terroriste, puis nous analyserons les mesures prises par Israël pour se défendre dans le respect du droit et nous nous interrogerons sur le sens des débordements antisémites en France. Enfin nous exprimerons notre point de vue sur le devoir des Francs-Maçons dans ces circonstances.

RAPPEL DES FAITS

Le cessez le feu négocié par la communauté internationale en novembre 2012 entre Israël et le Hamas qui règne sur la bande de Gaza depuis son coup de main de 2007 contre l’Autorité Palestinienne va être rompu dès janvier 2014 par les roquettes tirées de Gaza contre les villes et villages du sud d’Israël: 26 en janvier, 9 en février, 65 en mars, 24 en Avril, 7 en mai, 54 en juin[1]. Israël régira avec beaucoup de retenue à ces tirs pour ne pas compromettre la négociation en cours d’un règlement de paix avec l’Autorité Palestinienne sous l’égide des Etats Unis, et son Secrétaire d’Etat John Kerry.

Le 12 juin 2014 trois adolescents israéliens sont enlevés. L’opération menée pour les retrouver permettra d’identifier les responsables: deux militants du Hamas de Hébron. Le 30 juin leurs corps sont retrouvés. L’autopsie montre qu’ils ont été assassinés dès leur enlèvement. Le Hamas dénie sa responsabilité mais approuve « l’exploit » aussitôt fêté par les habitants de Gaza. Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité Palestinienne, condamne ces meurtres et stigmatise avec véhémence le Hamas pour son approbation. Le 1 juillet un jeune palestinien de Jérusalem est enlevé et brulé vif. Ce crime odieux est condamné par tout Israël, notamment par le premier ministre. Peu après les auteurs présumés, trois juifs de Jérusalem, sont arrêtés et déférés à la justice.

Début juillet le Hamas promet l’enfer à Israël et tire à partir de la bande de Gaza des centaines de missiles et de roquettes sur tout Israël, notamment toutes ses grande villes Beersheba, Ashdod, Ashkelon, Tel-Aviv, Haïfa et Jérusalem. Le 6 juillet Israël exige l’arrêt des tirs dans les 48 heures, sous peine d’action militaire pour les neutraliser. Le Hamas poursuivant ses tirs, Israël passe à l’action.

Le 14 juillet l’Egypte propose un cessez le feu. Accepté par Israël il est rejeté par le Hamas qui poursuit ses bombardements au rythme de près de 200 tirs par jour. Israël engage alors une opération terrestre d’envergure pour détruire les rampes de lancement, les entrepôts et les ateliers de production de ces missiles.

Le déclenchement de cette opération terrestre, met au grand jour un vaste dispositif de tunnels offensifs débouchant en territoire israélien près de dizaines de villages et de cités pour y perpétrer massacres et enlèvements de masse. Le repérage de ces tunnels sur toute leur longueur qui partent d’écoles, de mosquées, d’hôpitaux et d’immeubles d’habitation et leur destruction de bout en bout devient alors aussi impérieux que celle des objectifs précédents.

L’action terrestre commence à porter ses fruits. Jusqu’au 23 juillet 31 tunnels sont mis à jour, 15 seront détruits, le nombre quotidien de tirs de missiles est réduit substantiellement et grâce au Dôme de Fer, Israël ne déplore que 5 tués civils au lieu des milliers escomptés.

CARTE D’IDENTITÉ DU HAMAS  

Le Hamas est issu de la branche palestinienne des Frères Musulmans créés en Egypte en 1929. Son idéologie et ses objectifs sont définis dans sa charte de 1988[2]. Il aspire à l’anéantissement d’Israël et des juifs, à la domination de L’Islam. Il combat la franc-maçonnerie, la laïcité, refuse la paix et la tolérance. En voici quelques extraits :

Sur Israël, les juifs et le judaïsme : « Israël n’existera que jusqu’à ce que l’islam l’abroge comme il a abrogé ce qui l’a précédé« , (Préambule). « Le jour du jugement ne surviendra que lorsque les musulmans combattront et tueront les juifs … » (art. 7). « Israël, le judaïsme et les juifs défient l’islam et la nation musulmane« (art. 28).

Sur la laïcité [3] : « Le sécularisme contredit totalement l’idéologie religieuse. Les décisions, comportements et attitudes procèdent des idéologies. C’est pourquoi malgré toute notre estime pour l’OLP … il nous est impossible de troquer l’islamité actuelle et future de la Palestine pour le sécularisme. L’islamité de la Palestine fait partie de notre religion et quiconque prend sa religion à la légère est un perdant » (art. 27).

Sur la paix et la tolérance : « Sous l’aile de l’Islam les fidèles des trois religions – l’islam, le christianisme et le judaïsme, peuvent coexister les uns avec les autres dans la paix et la tranquillité. La paix et la tranquillité ne seront possibles que sous l’aile de l’islam. L’histoire récente et ancienne en est le meilleur témoin. Il est du devoir des disciples des autres religions d’arrêter de contester la souveraineté de l’islam sur cette région car le jour où ils prendraient le contrôle il n’y aura rien d’autre que le carnage, les déplacements et la terreur  » (art. 31).

Sur la femme et la franc-maçonnerie : « Dans la bataille de libération, le rôle de femme musulmane n’est pas inférieur à celui de l’homme. C’est l’usine à hommes. Elle joue un grand rôle dans … l’éducation des jeunes générations. Les ennemis ont compris [ que …]s’ils parvenaient à lui faire prendre le chemin qu’ils désirent loin de l’islam, ils gagneront le combat. C’est pour cela qu’on les trouve sans cesse sur la brèche dans le domaine des média et des films … des programmes d’enseignement, utilisant pour cela leurs larbins infiltrés par des organisations sionistes sous divers noms et formes, comme la franc-maçonnerie, les clubs Rotary, les groupes d’espionnage … qui ne sont rien d’autres que des cellules de subversion et de sabotage … Le jour où l’islam contrôlera l’orientation des affaires de la vie, ces organisations hostiles à l’humanité et à l’islam seront anéanties «  (art.17)

LA STRATÉGIE TERRORISTE DU HAMAS  

Le Hamas est formellement considéré comme une organisation terroriste par nombre de pays notamment l’Union européenne, les Etats Unis, le Canada et le Japon. De plus le Quartet, i.e. les Nations Unies, l’Union Européenne, la Russie et les Etats Unis, ont exigé qu’il accepte trois principes, à savoir, reconnaitre l’Etat d’Israël, accepter les accords passés (accords d’Oslo) et renoncer à la violence pour parvenir à ses fins. Jusqu’à présent il s’y est refusé.

Le Hamas n’est pas seulement une organisation terroriste recourant à la violence contre les civils d’Israël et les ciblant délibérément, il a aussi pris le pouvoir dans la Bande de Gaza en recourant au terrorisme. Ce n’est pas son succès électoral relatif de 2006 qui a porté le Hamas au pouvoir à Gaza, mais son coup de force militaire par lequel il a liquidé ses dirigeants et militants du FATAH ainsi que les fonctionnaires en place de l’Autorité palestinienne en les exécutant ou en les précipitant du haut des immeubles de Gaza. Malgré un bilan calamiteux, il s’est maintenu au pouvoir en intimidant la population et en recourant à l’occasion à la violence contre elle.

Cet Etat terroriste a aussi mis en œuvre une stratégie terroriste contre la population civile de la Bande de Gaza. Les postes de commandements du Hamas, ses arsenaux et stocks d’armement ont été délibérément placés dans des installations civiles par excellence, des écoles, des hôpitaux, des mosquées ou dans leur sous-sol. Les ambulances ont aussi été systématiquement utilisées pour transporter des militants armés d’un endroit à un autre. Enfin les 17.000 militants armés du Hamas ont forcé la population civile de Gaza à accepter que des rampes de lancement, des stocks de missiles et d’explosifs et des puits d’accès aux tunnels soient placés dans le sous-sol de leur maisons et de leurs jardins. Quand Israël a demandé par téléphone ou par tract à ces civils de quitter ces lieux pour les neutraliser, les militants du Hamas s’y sont opposés en les menaçant. Le Hamas a donc bien pris en otage les civils de la Bande de Gaza pour s’en servir comme bouclier humain. Du pur terrorisme.

LES MESURES PRISES PAR ISRAËL ET LE RESPECT DU DROIT

Qu’a fait Israël pour protéger ses habitants et contrer la stratégie terroriste du Hamas? Israël a investi des moyens gigantesques dans le système Dôme de fer, le déploiement de multiples abris mobiles et la mise en place d’un système d’alarme sophistiqué donnant 15 secondes à deux minutes pour se mettre à l’abri. A longueur de journée, la défense passive n’a cessé d’instruire la population sur ce qu’elle devait faire en l’absence d’abri, en véhicule ou en rase campagne et minimiser l’impact des retombées. Israël ne déplore que 5 tués civils au lieu des milliers escomptés.

Tirant l’enseignement des rounds précédents, cette fois, Israël s’est abstenu de couper l’eau et l’électricité fournies à Gaza, qui d’ailleurs couvre la quasi-totalité de ses besoins, veillé à fournir chaque jour médicaments et aliments nécessaires et accepté tout cessez le feu pour atténuer les souffrances de la population.

L’armée israélienne, a renoncé à l’effet de surprise pour ses frappes, et indiqué plusieurs heures et même jours à l’avance aux civils par téléphone, tract ou par l’intermédiaire de l’ONU les objectifs qui seraient frappés en leur demandant de s’en éloigner. Enfin, elle a doté les commandants de brigades de conseillers juridiques pour que leurs éventuelles décisions contre des installations civiles ayant servi militairement soient fondées sur le droit des gens en la matière, i.e. qu’ils soient justifiés et proportionnés.

LES DÉBORDEMENT ANTISÉMITES EN FRANCE

Dans divers pays il y a eu des manifestations de protestation contre le grand nombre de victimes civiles à Gaza et de soutien aux habitants de Gaza voire au Hamas. Il y en a eu aussi en France. Elles regroupaient outre les organisations islamistes liées aux Frères Musulmans, l’extrême gauche, une partie de l’extrême droite et, le MRAP, la Ligue des Droits de l’Homme, le Front de Gauche, la CGT et de nombreux socialistes. Ce qui nous pose problème et devrait poser problème à tout citoyen soucieux de l’ordre républicain. En effet plusieurs de ces manifestations ont dégénéré en explosion de haine et de violences antisémites et qu’aucune de ces organisations de gauche n’a quitté les cortèges ni condamné les violences antisémites, comme s’ils les approuvaient ou y adhéraient.

Nous sommes stupéfaits de voir ces organisations, dans lesquelles nombre d’entre nous ont milité, défiler avec des slogans antisémites, anti-démocratiques et bellicistes, derrière les drapeaux du Jihad Islamique et de l’Etat Islamique en Irak et au Levant, qui menace la stabilité du monde. L’écrivain Pierre Jourde leur suggère des slogans qui font partie du projet islamiste :

- Vive la dictature !
- A mort la démocratie !
- A bas la liberté des cultes !
- Rétablissez la peine de mort !
- Les femmes à la maison !

Que signifie et que présage l’alliance des militants de la gauche laïque avec les islamistes qui les ont toujours abhorrés ? Que signifie l’indifférence qui accompagne des conflits beaucoup plus meurtriers (Syrie, Irak, Soudan, etc.) dont les photos sont souvent utilisées à tort et à travers pour illustrer le martyre palestinien ? Force est de constater que dès qu’il s’agit d’Israël la raison est remplacée par la passion et les principes et valeurs sont jetés aux oubliettes.

LE DEVOIR DES FRANCS-MAÇONS

En tant que Francs-Maçons nous sommes meurtris par cette situation, tous ces morts palestiniens et israéliens et toutes ces destructions et nous restons fidèles à nos idéaux de Liberté d’Égalité et de Fraternité pour toute la race humaine, comme du respect des autres et de nous-même, et des principes de Laïcité, de Paix, de Justice et de Solidarité.

Il y a une justice à défendre et des injustices à pourfendre. Et on ne saurait prétendre montrer le Prédateur comme un Libérateur. Nous voulons dénoncer fortement l’engrenage mortifère : PROVOCATION  RÉPRESSION
Nous avons besoin de l’appui de toutes nos sœurs et tous nos frères, y compris et surtout nos frères Arabes, ainsi que de tous les Démocrates et de tous ceux qui sont assoiffés de Paix et de Liberté. »

[1] http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_Palestinian_rocket_attacks_on_Israel,_2014

[2] A quelques nuances près nous nous sommes fondés sur la traduction en français de Jean François Legrain chargé de recherches au CNRS http://iremam.cnrs.fr/legrain/voix15.htm Ces nuances rendent à notre sens mieux compte de texte original en arabe.

[3]L’idée laïque, le laïcisme, al-’imâniyya, si­gnifie la non-religion, al-dîniyya,

Ce sujet est hyper sensible.

Ce texte ne nous laisse pas indifférent.

Des conclusions:

Intitulant ce texte, les ennemis de nos ennemis ne sont pas nécessairement nos amis:

  • je n'admets pas ce qui se passe la bas. 
  • J'ai trop d'amis au Liban , en Israël , en Palestine. et des amis proches (Mon filleul au Liban , lui médecin ne sait pas comment cela va finir)
  • Je ne soutiens ni les nazis du Hamas (car utiliser sa population ,ses civils que l'on est sensé gouverner et protéger et que l'on transforme en bouclier humain), ni les nazis d'extrême droite chez certains colons israëliens (il sont en partie au grouvernement israëlien) qui font une politique d'apartheid, qui bombardent les populations civiles ) sont pour moi à mettre dans le même sac de l'ignominie.
  • Je n'admets pas les manifestations en France au nom de la Palestine en exhibant des armes, en préchant la guerre sainte , en criant sa haine à un autre peuple (n'est ce pas dans la déclaration politique du Hamas  que l'extermination des juifs se trouve dans les 1eres lignes?) 
  • Je n'admets pas qu'au nom d'un Dieu d'amour (soi disant) on tue celui qui ne croit pas, celui qui croit différement, celui qui croit modérement, celui qui fait preuve de réserve , de modération .
  • Je n'admets pas non plus que le décompte macabre soit un enjeu journalistique .

Mon choix est clair:

 C'est notre république française qui doit rappeller ses valeurs et les "exporter" /

  • Liberté
  • Egalité 
  • Fraternité
  • Laïcité

 

Repost 0
Published by jakin - dans L'humain
commenter cet article
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 11:24

Je suis effaré par la dérive qui est en passe de faire régresser notre pays.

Je suis abasourdi par ces manifestations auxquelles je me refuse de participer car elles sont la négation de l'humain .

Certains gauchistes de ma connaissance sont du même niveau que les Le Pen et consorts... D'ailleurs ils se retrouvent dans ces mêmes manifestations.

Je n'accepte pas qu'au nom d'un droit d'existence d'un état on tue d'autres personnes mêmes si ces personnes sont des boucliers humains à des fascistes islamiques.

Je n'ai aucune illusion sur ce qui se passe au proche orient ou en Afrique.

Notre société occidentale des lumières a échoué dans la retransmission au monde entier des valeurs que nous ont données aprés leurs recherches les philosophes des lumières.

Ces valeurs placaient le développement de l'enfant , petit d'homme dans une recherche de la liberté des consciences, la liberté du corps, la liberté de vivre sa vie à son niveau de compétence , son niveau d'intelligence  sans distinction de sexes, de races, de couleurs, de niveaux d'éducation, de niveaux de moyens d'existence , de richesse.

Notre planète est une, entière et bornée  et nous sommes divers .

Notre planète est constituée par la flore, la faune, la terre, l'eau , le ciel , le soleil et l'univers.

Notre planète porte l'être humain, animal unique  "doué" de raison et d'intelligence  qui a un impact unique, essentiel , destructeur de plus en plus, progressif sur notre univers.

L'histoire que j'adore de Braudel à Duby en passant par nos philosophes , nos intellectuels qui ont vécu au cours des siècles comme Platon, Imothep, Pascal, Sartre, etc nous apprend que l'avancée humaine vers plus de liberté , de connaissances technique, scientifique, philosophique , etc est une constante au cours des siècles. La nature humaine semblait s'éloigner de la barbarie, de la préhistoire de l'esclavage, etc.

A plus de 60 et quelques années, je doute , je doute fort.

Pourquoi la femme est devenue l'ennemi de l'autre?

Pourquoi l'enfant doit mourir jeune, ignorant , soumis à l'adulte au nom d'idéologie, de religieux?

Pourquoi la femme doit elle être soumise à un homme, à un religion, mourir de coups, d'être une femme marchandisme ?

Pourquoi l'homme doit mourir pour une idéologie, une religion?

Pourquoi le riche doit vivre et le pauvre mourir jeune ignorant ?

Pourquoi le riche doit faire la gabegie de notre planète ? Au nom de quel dieu, de quel idéologie, de quel "nature" évoquée parfois?

M'inspirant et étant percuté par ce texte et que je fais mien , je met en copie l'interview  d'Elisabeth Badinter dans le journal begle "le soir":

Élisabeth Badinter: « La soumission au religieux est un désastre » !


badinter elisabeth.jpg

La philosophe Élisabeth Badinter dénonce la peur de la gauche devant l’oppression du religieux.

 

 Elle a donné une interview appelant à se battre pour la laïcité et balayant les allégations vicieuses des nombreux « idiots utiles » de l'islamisme qui sévissent à gauche. La phrase d’Elisabeth Badinter qui fâche un certain microcosme bobo-gôcho, est tirée d’une interview donnée au Monde des religions en septembre 2011, par la chercheuse passionnée par l’époque des Lumières et ses philosophes : « En dehors de Marine Le Pen et de Manuel Valls, plus personne ne défend la laïcité » Et la voilà taxée de « laïcité lepénisée ». Elle s'est expliqué devant la journaliste belge Béatrice Delvaux dans un article publié dans le journal belge Le Soir. Elle répond à ses accusateurs, soulignant – ce que ses détracteurs omettent – que sa remarque mentionnait dans cette interview Marine Le Pen et Manuel Valls.

 

 

« Ceux qui me traitent de lepéniste sont de mauvaise foi. Il est évident qu’en citant Marine Le Pen, je voulais souligner sa perversité. Par ailleurs, je ne suis pas l’avocate d’une laïcité dure, ni fermée, ni ouverte, ni même positive. Je milite pour le respect de «la» laïcité.


L’obscurantisme est-il de retour, selon vous qui avez consacré votre vie à l’étude des «Lumières»?

Vous appuyez là où ça fait mal. Ce sont d’ailleurs les propos que je vais tenir à l’université ce vendredi. Je pense profondément que nous sommes dans une période de régression et que la philosophie des Lumières est de plus en plus battue en brèche.

Ce que nous avons peut-être eu la faiblesse de considérer comme acquis, est remis en cause tous les jours. Il me paraîtrait impensable qu’on puisse annuler la peine de mort, et en même temps, je me dis qu’il pourrait y avoir une volonté de le faire. Cela vaut aussi pour la politique de la justice, le traitement de la délinquance. Et la laïcité.

 

Pourquoi ce retour en arrière? La faute aux circonstances économiques?

Elles sont de fait la cause essentielle, – quand on a peur, on est en état de régression. La délinquance, qui est réelle, se nourrit de l’absence de travail. Mais la crise économique n’explique pas tout. Pour moi, la diffusion de plus en plus grande dans le monde entier, du multiculturalisme, est un désastre.

 

C’est-à-dire?

Avec le multiculturalisme, on a grignoté peu à peu la raison universelle, qui veut qu’on pense d’abord à ce qui nous unit, avant ce qui nous distingue.

Aujourd’hui, on considère que le droit à la différence est le summum de la liberté. La philosophie anglo-saxonne du «différentialisme» domine: chacun, dans sa communauté, fait ce qu’il veut. Cela revient à signer d’une certaine façon la mort de la philosophie des Lumières, qui a résonné en termes tout à fait opposés. Elle proclame en effet que pour avancer, il faut considérer les essentielles ressemblances entre tous les êtres humains, quelles que soient nos différences.

Ainsi, en votant le mariage pour tous, la France – un pays qui n’est pas à l’avant-garde –, a – enfin – considéré les homosexuels comme identiques à nous, appartenant au même genre humain avec les mêmes droits. On a appliqué la philosophie de la ressemblance. C’est une victoire. Peut-être la dernière.

 

Vous êtes pessimiste?

Oui, parce que cette philosophie multiculturaliste séduit énormément les jeunes, qui trouvent qu’on appartient d’abord à sa communauté, avant d’appartenir à une collectivité plus large. C’est chacun chez soi. J’ai très peur de régressions. Cet enfermement, cette fierté de la différence sont terribles. Au contraire de la philosophie qui met en exergue ce qui nous unit, et qui est, elle, un puissant facteur de paix entre les hommes.

 

Que faut-il pour renverser cette tendance au repli?

Il faut convaincre et tenir à certains principes. C’est au nom de ces principes que j’ai lutté contre la Burqa. Il faut aussi développer la tolérance.

 

Le multiculturalisme pourrait pourtant être considéré comme le rejet du racisme, puisque la différence est valorisée?

Le multiculturalisme, c’est le séparatisme, et pas la solidarité, car chacun s’aligne sur sa communauté et l’universalisme se meurt.

Mon pessimisme se fonde aussi sur le retour en force du religieux. Les religions, puisque c’est elles qui nous séparent, ne sont pas des facteurs de paix dans une certaine partie de la population. Je dirais même que plus que le religieux, c’est le cléricalisme qui est en cause. La loi religieuse veut de plus en plus imposer sur l’espace public. Et je le dis autant pour les salafistes, les musulmans radicaux que pour la montée en puissance de l’orthodoxie chez les Juifs. J’ai ainsi été stupéfaite par cette tentative des Juifs extrémistes de Jérusalem l’année dernière de séparer les sexes dans les bus et d’instaurer une police de la jupe.

 Je pense que les Musulmans, Belges ou Français ont besoin aussi qu’on les aide et qu’on les encourage à un Islam des Lumières, qui a pris en compte l’évolution du temps. Mais il ne faut pas être naïf, il existe des sectes – les salafistes – qui mènent une guerre de tranchées visant à enfoncer nos propres principes. C’est inadmissible. Et là, il faut tenir. L’espèce de soumission à la religion, de l’extrême gauche et d’une grande partie de la gauche, est un désastre. Comme si le religieux devait l’emporter sur tout et que tous devaient se soumettre à ses diktats.

 

A l’ULB (Université Libre de Bruxelles), où vous serez prochainement distinguée, ce débat est très vif. Entre les partisans d’une laïcité très stricte et ceux d’une laïcité ouverte aux expressions religieuses? La journaliste essayiste Caroline Fourest a ainsi été prise à partie?

J’ai vu les images. C’est d’une violence extrême, qui n’a pas sa place à l’université.

 

Qui sont les porteurs de Lumières?

Nos démocraties occidentales sont horrifiées à l’idée d’être accusées d’intolérance. Et comme au moindre mot qui n’est pas conforme à l’acceptation générale, vous êtes taxé d’islamophobe, d’antisémite, de raciste, de lepéniste, la peur d’être stigmatisé ferme la bouche à beaucoup de gens. Ce qui me chagrine le plus, c’est que la gauche, que je respecte, a été saisie par cette terreur. Or il ne faut pas avoir peur, mais avoir le courage de tenir sur ses principes.

 

L’étude du passé vous aide-t-elle à comprendre comment la raison peut se réimposer ?

La leçon à tirer du passé est qu’il y a toujours un moment de révolte. Dans l’histoire de la philosophie des Lumières, il y a un moment où l’oppression exercée par les lois religieuses est trop forte, alors qu’elle est appliquée à des gens qui évoluent intellectuellement et socialement. Et ces gens disent «ça suffit». Cela peut prendre des siècles évidemment. Ce qui me fait peur dans la régression actuelle, c’est le refus de l’enseignement, de la part d’enfants dans certaines écoles publiques. Car c’est à l’école qu’on apprend à exercer sa raison critique, à essayer de mettre un peu à distance ses préjugés et ses croyances.

 

C’est l’école qui s’adapte à ces croyances?

Exactement. On est passé du «cogito» au «credo». Le mot d’ordre dans beaucoup d’écoles est: «Surtout ne choquez pas les croyances et les préjugés de vos élèves.» Si on ne peut plus apprendre l’esprit critique à l’école, où d’autre? C’est impossible.

 

Une autre forme de repli sur soi, nationaliste et régionaliste est très présente en Europe?

C’est un repli identitaire – ma région, mon pays d’abord – et c’est affligeant. Que ce soit d’un côté (ma religion) ou de l’autre (ma région), c’est le triomphe du différentialisme.

 

Le politique a encore la capacité à faire changer les choses?

Bien sûr. Il suffit d’un homme de grand talent et doté de charisme. Pour le moment, on en manque sérieusement. Partout. Nous sommes dans une « honnête médiocrité ». Il y a de grandes personnalités qui émergent, mais pour l’instant, il n’y a pas de parole fédératrice forte autour d’un projet. En France notamment, tous sont un peu tirés du même moule, soumis au politiquement correct: on a du mal à avoir une parole totalement sincère parce qu’on a peur de heurter l’un ou l’autre. Du coup, on a une espèce d’eau tiède un peu partout.

 

On a cru en Obama?

Quelle déception ! Il avait séduit le monde entier, tous voulaient un Obama chez eux. Ah ! s’il avait eu un peu plus de consistance politique. On peut changer le monde avec la parole. La politique n’est pas morte, à condition d’avoir du courage.

 

Le Premier ministre belge Di Rupo essaye depuis trois ans d’éviter une séparation et de faire vivre ensemble deux communautés déchirées. Cela vous inspire-t-il un commentaire?

Je vois cela de très loin, mais j’admire ceux qui ont l’art du consensus. »

 

 

Propos recueillis par BÉATRICE DELVAUX

publié dans le journal belge Le Soir

Comme Elisabeth Badinter , nous revenons toujours à ce concept qui a étéet qui m'a guidé dans  ma vie d'enfant, ma vie d'homme: la laïcité.

Rien ne peut remettre un iota ce concept dans notre société française.

Les religions sont l'alienation de l'homme et non la libération ou voir la progression humaine.

La religion se pratique en privé strictement et sans concession.

La richesse doit aller vers le pauvre et non l'inverse..

Il symbolique les puisants possédants sont aussi les plus acharnés à faire croire les "vessies pour des lanternes" !!! voir les émirs et autres prédicants américains (teau party) ou les orthodoxes Poutiniens ou les juifs orthodoxes amassant les pierres précieuses ou la banque vaticane ou nos bons proprio du  CAC40 liés aux curés !!!

Comme disait mon père , "et si Dieu n'existe pas , comment emporter dans son cercueuil, l'or amassé, cela doit faire une belle "jambe" au futur cadavre que nous allons être"!!

Notre république est laïque et sociale.

Nous ne devons jamais transiger.

Repost 0
Published by jakin - dans L'humain
commenter cet article
3 juin 2014 2 03 /06 /juin /2014 12:52

Ce camp de tentes a été crée par l'armée à la fin de la guerre d'Algérie en 62.

Ce camp accueillait des familles des harkis , des enfants des femmes des vieillards!!

Ce fut aussi la "qualité" de l'accueil!

Encadrement militaire, contrôle du ravitaillement (mon père boulanger devait faire des grosses tourtes de pain gris demandées par l'armée) , refus de sortir du camp, froid sous la tente (chauffage avec des poëles bricolés), pas de contacts avec la population bourcagnote (habitant de Bourg-lastic), hiver 62 terrible avec des températures à -25° , ce fut un enfer .

Là aussi, j'ai honte.

 

 

Stele_Bourg_Lastic_Ta_four_Mohamed.jpgCAMP_HARKIS_bourg_lastic_3.jpgBOURG_LASTIC_2.jpgbourg_lastic.jpgbourglastic.jpgCAMP_HARKIS_bourg_lastic_1.jpg2002_BOURG_LASTIC_Cimeti_re_d_enfants_harkis.jpg

Repost 0
Published by jakin - dans L'humain
commenter cet article
9 mai 2014 5 09 /05 /mai /2014 21:11

Une pièce de théâtre donnée dans le cadre de la Biennale Culturelle Maçonnique de Bordeaux


Descartes et le franc-maçon
Cette pièce nous donne à voir un dialogue serré et musclé entre Descartes, champion de la raison et de la méthode et un franc-maçon, amateur de dialogues et soucieux de fraternité,sous l’œil amusé d’un jeune impertinent. 

Tantôt impatients et agacés, tantôt pédagogues et conciliants, les protagonistes nous emportent dans un tourbillon de questions, de doutes, d’acquiescements enthousiastes, jusqu’à ne plus savoir quoi penser. Une vraie fête de l’esprit. 

L'auteur est Jérôme Galan, philosophe et franc-maçon, que nous avions présenté ici lorsqu'il a vu ses recherches couronnées du Premier Prix du Concours International d’Essais Maçonniques organisé à Madrid par le CIEM. C’est à partir de cet essai primé, "Les francs-maçons sont-ils raisonnables" qu’il a construit lapièce proposée. 

La pièce, publiée avec l'essai dans le livreDescartes et le franc-maçon, sera jouée "Au Petit Théâtre", 8-10 rue du Faubourg des Arts à Bordeaux les 13, 14, 15, et 16 mai à 20h30, et le samedi 17 à 17h. Le spectacle dure 1h15. Prix des places 5 €, réservation au 05 56 51 04 73. Dégustation de vin après le spectacle.
Repost 0
Published by jakin - dans L'humain
commenter cet article
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 21:13

Une visite que je viens de faire aujourd'hui au musée Jeanne d'Albret à Orthez, visite intéressante et instructive....

AfficheExpo2014 SiteMJA

 

Repost 0
Published by jakin - dans L'humain
commenter cet article
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 08:42

En ancien Français, le mot gouverner fait partie du vocabulaire nautique soit donc tenir la barre au milieu des tempêtes. La métaphore du capitaine expérimenté, efficace, courageux qui réussit à sortir tout le monde de la tempête est-elle toujours bonne pour caractériser nos dirigeants politiques ?

Nous assistons souvent aux critiques et ensuite aux exécutions de plus en plus rapides des leaders politiques en exercice. Sont-ils plus nuls que leurs prédécesseurs ou bien la transparence est-elle trop impitoyable ?


La désacralisation est un progrès et les journalistes, politologues, possèdent des moyens d'investigation et de surveillance très précis.


Nous voyons souvent révélées les impuissances des dirigeants politiques de droite comme de gauche à régler les problèmes économiques. Les changements de stratégies, les paroles non tenues, les maladresses liées en partie à des égos surdimensionnés et au manque d’expérience sont monnaie courante. Le luxe ostentatoire des réceptions montre leur incapacité à gérer sérieusement leurs budgets.


Les partisans de l’autoritarisme profitent de l'occasion pour étaler dans les médias leur nostalgie du temps où les dirigeants politiques décidaient dans l'ombre sans se trouver exposés à la lumière comme c'est le cas aujourd'hui.

Il n'empêche que dans cette période d'austérité, davantage de rigueur, voire d'ascétisme chez les acteurs politiques, fournirait un exemple et un idéal à suivre. L'énoncé sans fausse note des buts à atteindre, des étapes pour parvenir aux résultats seraient de réels progrès pour rétablir une confiance qui est fortement dégradée. C'est notre rôle d'interpeller pour souligner ce qui est inacceptable et de proposer des repères nouveaux dans cette période où la confusion des valeurs est pénalisante pour tous.

Repost 0
Published by jakin - dans L'humain
commenter cet article
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 20:07

IMG_20140228_103215.jpg**

 

 

Derrière la rue St front, nous trouvons une plaque de la Rue Notre Dame à gauche , puis une plaque de la rue des Francs-Maçons et au fond de la photo, une plaque (peu lisible) de la rue Judaïque...

 

Nous sommes loin de la manif pour tous!!!

Repost 0
Published by jakin - dans L'humain
commenter cet article
12 août 2013 1 12 /08 /août /2013 22:27

1175113_632744160084058_62505017_n.jpg

Repost 0
Published by jakin - dans L'humain
commenter cet article
4 août 2013 7 04 /08 /août /2013 17:26

L'histoire pleine d'amour que nous a raconté son épouse, Maïté, d'une voix entrecoupée par les sanglots, ressemble au personnage Georges Coulonges, artisan des lettres aussi consciencieux que sensible. Trois jours avant sa mort, hier matin, il travaillait encore dans sa tête: « Il avait décidé d'écrire un roman pour chacun de ses six petits-enfants. Il n'avait encore écrit que 28 pages du sixième. La fin du livre, il me l'a racontée l'autre nuit. Sans arrêt, il me demandait: "C'est quand le 11? C'est quand? " A son éditeur, il avait sollicité un délai de deux mois et ça tombait ce jour là. C'était son contrat. Il l'a rempli ».

En dépit de l'épuisement et des calmants destinés à soulager la douleur, Georges Coulonges taillait sa dernière pierre. Depuis quinze jours, il était revenu dans sa maison "La Cachotte" à Lhospitalet où ce Girondin très républicain avait planté ses racines au midi de sa vie. C'était leur choix commun avec Maïté. Sa santé s'était dégradée à vue d'oeil. L'un et l'autre savaient l'issue fatale. « Croyez-moi, raconte Maïté, c'était deux mois de bonheur. Il avait gardé tout son humour ».

 

LE TON DES ADIEUX

L'écrivain avait eu 80 ans le 4 avril dernier. Le 12, il l'avait fêté comme chaque année, avec sa famille et ses amis. Martin Malvy, Bernard Charles, Roland Garrigues, Claude Villers, et d'autres encore. Un rendez-vous très chaleureux et touchant chez Mirouze, à « La Grange du Levat », dont on sentait bien qu'il prenait le ton des adieux. Prescience de celui qui va partir? Pourtant, à ce moment-là, malgré les traits fatigués du héros de la fête, malgré sa démarche hésitante, il n'était question que « d'ennuis de santé » comme il disait lui-même et d'examens à venir.

En fait, l'évolution du mal était déjà telle que la médecine ne pouvait plus rien pour lui. Lucide et courageux, Georges Coulonges, adepte du Droit de mourir dans la dignité, a fait le choix de se préparer à la terrible échéance entouré des siens, sur ce coin de terre qu'il avait adoptée et qui l'avait adopté.

 

Il la quittera définitivement « comme il a vécu, dans la modestie », commente Maïté. Les obsèques et la crémation auront lieu lundi, vers midi, dans la plus stricte intimité. Son chemin vers le couchant le ramènera-t-il jusqu'aux forêts de pins de son enfance, aux promenades en barque sur les étangs de la côte aquitaine, au Grand Théâtre de Bordeaux qui forgea sa culture classique? Le 12 avril, il se comparait à Claude Villers: « Ensemble nous avons fait les hautes études communales ». Il en avait reçu une inébranlable foi laïque, un humanisme souriant et le goût des mots, des phrases. Autant de valeurs qui ont nourri son oeuvre. « Sa communale avait raison ».

Repost 0
Published by jakin - dans L'humain
commenter cet article
20 juillet 2013 6 20 /07 /juillet /2013 11:13

Georges Coulonges est un écrivain et scénariste.

Né le 4 avril 1923 à Lacanau, il est mort le 12 juin 2003 à Pern.…

GCoulonges.jpg

 

Parcours

 Issu d'un milieu modeste, Georges Coulonges devient comédien après la Seconde Guerre mondiale, et assez vite, entre comme bruiteur à la radio, avant de devenir producteur d'émissions de variétés radiodiffusées. À la radio et sur scène, il est pendant quatre ans « le receveur Julien », un joyeux employé dutramway. En 1956, il « monte » à Paris pour écrire, notamment des chansons. En 1965, sa chanson Potemkine est déprogrammée de l'émission Âge tendre et tête de bois. Diverses personnalités s'insurgeront de cette censure de l'ORTF.

Touche-à-tout très engagé socialement, Georges Coulonges a été résistant FFI1, secrétaire du Syndicat national des auteurs et des compositeurs2, président du Secours populaire du XVIIe arrondissement de Paris, membre du comité antifasciste, du Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP), du Mouvement de la paix et du Parti communiste français(1964-1971). Ardent défenseur de l'éducation et de la laïcité, il fut en cela reconnu par différents conseils municipaux qui nommèrent des groupes scolaires à son nom (à MontaubanCahors et Auch)

Paradoxalement, Georges est peu prophête dans son pays natal. Aucun groupe scolaire ou culturel ne porte son nom.

Prix littéraires

  • Grand prix de l'humour 1964 pour son roman "Le Général et son train" (reçu des mains de Jules Romains)
  • Prix Alphonse Allais 1966 pour son roman "La Lune Papa"
  • Prix exceptionnel de la SACEM pour son essai "La Chanson en son Temps"
  • Prix "Plaisir du Théâtre" 1979 pour son adaptation théâtrale du conte de Voltaire : Zadig
  • Grand prix littéraire de la ville de Bordeaux 1993 pour l'ensemble de son œuvre
  • Prix "L'enfant et la ville" de la ville de Vénissieux 1996 pour son livre pour enfants "On demande grang-père gentil et connaissant des trucs"
  • Sélection "Les cents livre de l’Éducation Nationale" 1997 pour son livre pour enfants "Une grand-mère en chocolat"
  • Prix des Maisons de la Presse, 2000 pour son roman "L’Été du grand bonheur"
Autres distinctions
  • Mars 1997 : Inauguration d'un groupe scolaire à son nom à Montauban
  • Printemps 1999 : Inauguration d'un groupe scolaire à son nom à Cahors
  • 12 juin 2004 (1er anniversaire de sa mort) : Inauguration d'un groupe scolaire à son nom à Auch

Œuvres[modifier]

Romans
Les Chemins de nos pères

Ces cinq romans sont réunis en un seul volume dans la collection «  Omnibus  » (Presses de la Cité).

  • Les Sabots de Paris, Grasset, 1985
  • Les Sabots d'Angèle, Fixot, 1991
  • La Liberté sur la montagne, Fixot, 1993
  • Les Boulets rouges de la Commune, Fixot, 1993
  • La Fête des écolesPresses de la Cité1995
Pause-café
  • Pause-caféFayard1981
  • Joëlle Mazart, Fayard, 1982
  • Pause-café, Pause-tendresse, TF1 éditions, 1989
Autres
  • Le Général et son train1964, Calmann-Lévy
  • La Lune Papa1966, Calmann-Lévy
  • Le Grand Guignol1970, Calmann-Lévy
  • Anthelme Collet1981, Fayard
  • La Terre et le Moulin1984, Grasset
  • La Liberté, Stéphanie1985, Grasset
  • Un Comédien dans un jeu de quilles,1987, Grasset
  • Les Terres gelées1993, Presses de la Cité
  • La Madelon de l'an 401995, Presses de la Cité
  • L'Enfant sous les étoiles1996, Presses de la Cité
  • Les Flammes de la Liberté1997, Presses de la Cité
  • Ma Communale avait raison (Biographie), 1998, Presses de la Cité
  • Les Blés deviennent paille1999, Presses de la Cité
  • L’Été du grand bonheur2000, Presses de la Cité

Véritable baladin de l'écriture, Georges Coulonges écrit un roman tendre, généreux et plein d'humour. Deux jeunes filles, Loulette Souleil, d'un milieu défavorisé, et Benoîte Deslandes-Wincker, bourgeoise en révolte contre son milieu, se lient d'une amitié profonde au grand dam de leurs familles. C'est dans un soutien réciproque, qu'elles s'ouvriront à la vie et, bientôt, à l'amour…

  • Des amants de porcelaine2001, Presses de la Cité
  • Le Pays des tomates plates2002, Presses de la Cité
Théâtre

Acteur

Scénariste

Chanson

 

Musique de Jean Ferrat
  • La Fête aux copains (chanté notamment par Ferrat, Juliette GrécoChristine Sèvres)
  • La Jeunesse (chanté par Ferrat)
  • Potemkine (chanté par Ferrat)
  • Un Enfant quitte Paris (chanté par Ferrat)
  • La Commune (chanté par Ferrat)
  • La Chanson des pipeaux (chanté par Isabelle Aubret)
  • Le Goût de l'été (chanté par Isabelle Aubret)
  • Les Artistes (chanté par Odile Ezdra)
  • Le Nouveau Monde (chanté par Francesca Solleville)
  • Maréchal, nous revoilà (chanté par Juliette Gréco)
  • Cosette et Jean Valjean (chanté par Isabelle Aubret)

Avec René-Louis Lafforgue
  • Mirabeau-Mirabelle
  • La Guitare espagnole
  • Et une liberté
  • L'école buissonnière
etc.
Avec Max Rongier
  • La Vérité
  • Que tu sois là
  • Les Grands
  • T'en souviens-tu, Marie ?
etc.
Avec Francis Lemarque
  • La Petite valse du juke-box
  • Rose et violon
  • Le Chômage (enregistré aussi par Mouloudji)
Autres
Repost 0
Published by jakin - dans L'humain
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de jakin
  • Le blog de jakin
  • : autodidacte, socialiste, hédoniste
  • Contact

Texte Libre

  • “Il n'y a qu'une chose qui puisse rendre un rêve impossible, c'est la peur d'échouer.”   Paulo Coelho
  • Comme écrivait Barthes dans « Mythologies » (à l'époque du poujadisme, ce mouvement de promotion du bon sens), c'est un concept qui empêche « d'imaginer l'autre »
  • "Les prétres (rabbins,curés, pasteurs, imams,bonzes etc)ne sont pas ce qu'un vain peuple pense" , "Notre crédulité fait toute leur science"   Voltaire
  • "L'absurde n'est pas un savoir, c'est un état acquis par la confrontation consciente de deux forces. Maintenir cet état demande une lucidité et nécessite un travail, l'absurde c'est la conscience toujours maintenue d'une « fracture entre le monde et mon esprit »"  Camus
  • "Connais toi, toi-même"  Socrate
  •   "Jouis et fais jouir, sa ns faire de mal ni à toi ni à personne :voilà, je crois, toute la morale »    Chamfort
  • "Les suppositoires à la nitroglycérine sont beaucoup plus efficaces que ceux à la glycérine pure, mais se révèlent beaucoup plus bruyants."    Pierre Dac

Recherche

Des mots et maux

La laïcité fait peur:

  • Peur de rendre les gens humains
  • Peur que les humains réfléchissent à leur condition d'humain
  • Peur de rendre les petits d'hommes devenir des êtres pensants par eux-même
  • Peur de voir se cotoyer des hommes croyants et non croyants
  • Peur que les femmes et hommes aient les mêmes droits
  • Peur que le blanc, le noir, le jaune, le basané, le rouge vivent en harmonie
  • Peur que les différences sexuels existent